Dans la foulée du succès inspirant de Wonder Woman, nous avons décidé de braquer nos projecteurs sur certaines des femmes de DNEG qui continuent à nous inspirer au quotidien.

Voici Debbi Coleman, notre chef mondiale de la composition et la prochaine vedette de notre série de superhéroïnes.

  1. Qu’est-ce qui vous a attiré dans le domaine des effets visuels?

Ce qui m’a séduite, c’est la possibilité de travailler sur des images d’un point de vue technique (c’est-à-dire numérique). De plus, c’est un environnement extrêmement collaboratif et créatif, ce qui est important pour moi.

  1. Comment avez-vous commencé dans le métier?

À l’époque où j’ai obtenu mon diplôme de l’université, les effets visuels étaient une industrie émergente à Londres. Je ne connaissais donc pas grand-chose à ce sujet. Je postulais à tous les emplois en postproduction, et j’ai eu la chance de trouver un poste de messager à Cinesite. (Ils avaient été impressionnés par le fait que j’avais déjà acquis une expérience de travail non rémunérée sur le plateau du nouveau James Bond.) Pendant mon passage là-bas, tout le monde a été très généreux de son temps et de ses connaissances, alors j’ai beaucoup appris sur la vidéo, le cinéma et les effets visuels numériques. C’était fantastique!

  1. Les femmes sont encore sous-représentées dans le domaine des effets visuels. Pour quelle raison à votre avis? Et que pourrions-nous faire pour changer les choses?

Je vois à cela deux raisons principales : l’éducation et le manque de modèles visibles. Notre société décourage subtilement les filles d’étudier des matières basées sur la technologie, donc peu d’entre elles se rendent jusqu’à la carrière en effets visuels. Ce problème est connu, et un certain nombre d’initiatives visent à y remédier. Je pense aussi qu’une fois dans le domaine, les femmes ne voient pas un nombre représentatif de femmes accéder aux échelons supérieurs, à compétences égales; j’aimerais que notre industrie tente activement de corriger le tir.

  1. Que pensez-vous du succès de Wonder Woman et de ce qu’il signifie pour l’industrie?

Je suis doublement ravie du succès commercial de ce film et des nombreux témoignages de filles qui le trouvent particulièrement inspirant : il y a clairement une demande pour les superhéroïnes fortes! Le choix de mettre une réalisatrice aux commandes a manifestement été payant. Ce que j’espère en comprendre, c’est qu’il y aura une plus grande présence féminine derrière la caméra (en création de contenu autant qu’en mise en scène), et qu’il y aura une augmentation des rôles féminins forts sur nos écrans.

  1. Quels conseils donneriez-vous à la prochaine génération de femmes qui entreront dans l’industrie?

D’après mon expérience, l’industrie des effets visuels est progressiste, collaborative et dynamique. Plus l’équipe est diversifiée, tant dans la création de contenu que dans la supervision, mieux cela vaut pour toutes les personnes concernées. En tant que femme qui fait son entrée dans le domaine des effets visuels, n’ayez pas peur de vous proposer pour des rôles ou des responsabilités, ou d’avancer des idées créatives ou techniques : votre voix est tout aussi pertinente que celle des autres, elle a juste besoin d’être entendue.

 

Plus l’équipe est diversifiée, tant dans la création de contenu que dans la supervision, mieux cela vaut pour toutes les personnes concernées.

Londres

Vancouver

Mumbai

Los Angeles

Chennai

Montréal

Hyderabad

Chandigarh

Goa