Entre science et science-fiction : trois de nos films préférés sur l’espace depuis la création de DNEG

DNEG célèbre la Semaine mondiale de l’espace 2018

Si vous aimez les films de science-fiction campés dans l’espace, voici trois de nos projets d’effets visuels préférés auxquels nous avons participé et qui prenaient tous appui sur la science.

Les films qui suivent sont des exemples de projet où nous nous sommes « aventurés dans l’inconnu » pour aider les auteurs et cinéastes à atteindre de nouveaux sommets de réalisme à travers des visuels de l’espace, des engins spatiaux et des paysages extraordinaires.

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’espace cette année, nous braquons les projecteurs sur le rôle que jouent les effets visuels des films de science-fiction dans notre compréhension de l’espace, et nous célébrons ces expériences cinématographiques qui permettent à des publics différents de se rejoindre.

Un travail d’équipe

Les effets visuels des films présentés ci-dessous sont tous le fruit de la collaboration de nombreux artistes. Comme tant de gens talentueux doivent mettre l’épaule à la roue dans chaque projet, nous sommes toujours à la recherche de nouvelles personnes pour se joindre à notre équipe. Visitez nos pages Carrière pour obtenir plus de détails sur tous nos postes actuellement vacants.

Star Trek Beyond (2016), PG-13

La station spatiale Yorktown et ses multiples plans de gravitation.
Synopsis

Sous le commandement du capitaine Kirk, l’équipage du USS Enterprise explore des lieux inconnus, où ils rencontrent un nouvel ennemi impitoyable.

Notre contribution à ce film

DNEG était le principal fournisseur d’effets visuels pour ce troisième opus du reboot de la franchise Star Trek par J. J. Abrams, et Peter Chiang a assuré la supervision générale des effets visuels. Nos équipes ont conçu le vaisseau spatial Enterprise (créé à l’origine par ILM pour le volet Into The Darkness de la série), créé un nouvel effet de vitesse fulgurante, et conçu et bâti la station spatiale Yorktown.

Une station spatiale singulière

Pour nos artistes, créer Yorktown fut un travail colossal qui aura demandé quelque 1,3 billion de polygones. La station spatiale s’apparente à une immense ville avec ses immeubles, ses parcs et ses lacs. Mais, contrairement aux cités terrestres, Yorktown a de multiples plans de gravitation calculés pour maximiser l’espace de vie disponible dans une sphère.

Un effet de vitesse nouveau genre

Nos équipes ont conçu un nouvel effet de vitesse fulgurante pour le USS Enterprise. « Dès le départ, j’ai en quelque sorte lancé l’idée d’un espace qui se déploie et de la lentille gravitationnelle, expliquait Peter Chiang peu après la sortie du film. Nous avons ensuite analysé de près des images d’avions et de leurs essais de vapeur quand ils franchissent le mur du son. J’ai alors imaginé une série d’ondes de choc s’accumulant et se superposant, formant cette couche devant le vaisseau qui illustre le déplacement à haute vitesse en lui donnant forme. »

Visitez la page du projet Star Trek Beyond pour voir la bande-annonce, ou visionnez cette vidéo de Wired pour avoir un aperçu des effets visuels du film.

..

Life (2017), R-15 

Synopsis

L’équipe qui a participé à la création de la Station spatiale internationale de Life (de gauche à droite) : Prashant Kambli, Kasim Mokha, Peter Lasrado, Abhay Sawant, Bikram Sarkar et Prashant Dhotre.

Les six membres de l’équipage de la Station spatiale internationale ont pour mission d’étudier un échantillon prélevé sur Mars qui pourrait bien être la première preuve de vie extraterrestre. Or, la créature, nommée Calvin, montre rapidement qu’elle est plus intelligente qu’on ne le croyait.

Notre contribution à ce film

DNEG était l’un des principaux fournisseurs d’effets visuels du film. Nous avons produit environ 600 plans de la version définitive du film. Nous avons notamment produit de nombreux plans extérieurs de la Station spatiale internationale, où l’essentiel de l’action se déroule. Nos équipes en Inde ont conçu un modèle d’infographie en 3D pour la Station spatiale internationale. Partant d’un modèle de station simple, nos équipes ont ensuite travaillé les détails, comme les boîtes de commande, les câbles et la feuille métallisée dorée. Elles ont utilisé des images de référence pour que la Station soit le plus ressemblante possible. Huw Evans, superviseur des effets visuels à DNEG pour le film Life, a expliqué à ArtofVFX qu’un défi hors du commun les attendait toutefois sur ce plan. « L’une des difficultés avec lesquelles il a fallu composer, c’est à quel point la véritable Station spatiale internationale est impeccable dans la réalité. Quand on regarde une photographie de référence, tout a l’air d’une infographie! »

La minutie dont a fait preuve notre équipe en Inde dans la conception du modèle de la Station lui a d’ailleurs valu une nomination pour un prix de la Visual Effects Society dans la catégorie des meilleurs modèles dans un projet de photoréalité ou d’animation.

La Station tourne en orbite autour d’un modèle infographique très complet de la Terre, comprenant jusqu’à la lumière des villes.
Retour sur Terre

Comme la Station orbite autour de la Terre toutes les 90 minutes à une altitude d’environ 400 km, il fallait concevoir une planète Terre réaliste en rotation pour que les scènes soient crédibles. Pour ce faire, nos artistes ont utilisé un modèle infographique de base de la Terre, aux bonnes échelles, auquel ils ont ajouté des détails comme des nuages, de la brume et la lumière des villes. Visitez notre page du projet Life pour voir la bande-annonce et la composition des effets visuels.

Interstellar (2014), PG-13

Synopsis

Les jours de l’Homme sur Terre étant comptés, une équipe d’explorateurs doit voyager à travers un trou de ver spatial pour tenter d’assurer la survie de l’humanité.

Notre contribution à ce film

Christopher Nolan a confié à notre équipe, dirigée par Paul Franklin, superviseur général des effets visuels, et Andy Lockley, superviseur des effets visuels à DNEG, le mandat de représenter ces éléments avec exactitude :

  • Un trou de ver
  • Un trou noir supermassif (Gargantua, illustré à droite)
  • Le Tesseract (un espace à quatre dimensions, où le temps est perçu comme une dimension physique)
  • Des scènes numériques de l’espace à projeter sur le plateau (aucun écran vert n’a été utilisé)
  • Des robots (TARS et CASE)
  • Des vagues géantes et des paysages de nuages gelés et de glace

Le professeur Kip Thorne, conseiller scientifique et producteur délégué du film, a travaillé de près avec notre équipe de R et D, dirigée par le scientifique en chef Oliver James, de même qu’avec la superviseure de l’infographie Eugénie von Tunzelmann pour assurer la validité scientifique de notre travail.

Nous avons mis au point de nouvelles techniques pour créer des images fascinantes directement issues des calculs du professeur Thorne sur les trous noirs et la lentille gravitationnelle. La puissance de calcul nécessaire fut astronomique. À preuve, il a fallu jusqu’à 100 heures pour rendre certaines images.

Explorer de nouveaux mondes

De retour sur Terre, le paysage accidenté de l’Islande a offert le terrain pour accueillir les deux planètes extraterrestres visitées par l’équipage dans le film.

Pour chacune des planètes, nos experts ont numériquement effacé les montagnes et prolongé les arrière-plans à l’aide de modèles et de textures en 3D basés sur le matériel de référence recueilli sur place.

Apprenez-en davantage sur ce film et ses fondements scientifiques en visitant la page du projet Interstellar.

Diffusion en continu, location ou achat : voilà la question!

Si notre brève description de ces films vous a intéressés, vous serez ravis d’apprendre qu’il est possible de visionner en continu, de louer ou d’acheter en ligne tous ces films partout dans le monde. Pour vous renseigner sur les moyens de les visionner dans votre région, rendez-vous à l’adresse https://www.justwatch.com/.

Pour en savoir plus sur nos réalisations sur l’espace 

Si vous avez aimé ce billet, prenez le temps de lire ces autres articles publiés dans le cadre de la Semaine mondiale de l’espace :

..

First Man – Bientôt sur un écran près de chez vous!

Si vous aimez les films dans l’espace, surveillez First Man. DNEG en a produit les effets visuels, et notre superviseur des effets visuels Paul Lambert, lauréat d’un Oscar, a assuré la supervision générale des effets visuels du film. Visitez la page du projet First Man pour en savoir plus.

Londres

Vancouver

Mumbai

Los Angeles

Chennai

Montréal

Hyderabad

Chandigarh

Goa